Les trésors de Bretania près de chez vous

Le saint breton Ronan

 

Historiquement , saint Ronan doit‑il être assimilé à un ecclésiastique irlandais qui intervint, au VIIe siècle, dans la controverse entre les églises continentales et insulaires à propos du calcul de la date de Pâques ? S’agit‑il d’un obscur évêque itinérant homonyme qui aurait émigré en Bretagne continentale à la fin du IXe siècle ?

Sa Vie légendaire, rédigée au XIIe siècle, le fait émigrer d’Irlande en Léon (Finistère Nord). La popularité qu’il acquit bientôt le contraignit à rechercher la solitude à l’orée de la forêt de Nevet en Cornouaille (Finistère Sud). Il y fit montre de pouvoirs miraculeux sur les loups des alentours. Ses miracles attirèrent les visiteurs dont moindre ne fut pas le roi Grallon. Mais, lassé des persécutions calomnieuses d’une méchante femme, la Keben, le saint finit par se retirer à Hillion (Côtes‑d'Armor) où il décèda. Trois comtes se disputèrent l’honneur d’accueillir sa dépouille. Le corps fut placé sur un chariot tiré par des bœufs indomptés qui se dirigèrent miraculeusement jusqu’à Locronan.

 

 

Il est probable que les reliques de saint Ronan n’ont pas participé à l’exode général des reliques bretonnes à la suite des invasions normandes.

 

  • Partager sur :

Localisation :


  • Pays de Saint-Brieuc
  • Hillion

01-10-2016