Les trésors de Bretania près de chez vous

Le saint breton Mériadec

 

Peut-être originaire du Pays de Galles, saint Mériadec aurait fait jaillir une source et construire une chapelle à Camborne en Cornwall. Puis il aurait gagné la Bretagne armoricaine en compagnie de saint Guigner. Il débarqua probablement à Baden, à l’embouchure de la rivière d’Auray dans le Morbihan, avant d’évangéliser l’intérieur des terres et de se retirer en ermite à Stival.

La légende la plus répandue fait de saint Mériadec, originaire de la région vannetaise, le descendant voire le fils du légendaire roi Conan Mériadec et un parent du lignage des Rohan, voire le frère du vicomte de Rohan. Refusant les fastes de la vie séculaire qui lui était promise, Mériadec se fit moine et gagna la Cornouaille britannique où il s’installa à Camborne. Bientôt chassé par le tyran païen Teodoric qui voulait le faire assassiner, saint Mériadec rejoignit l’Armorique où il débarqua en Plougasnou (Finistère). Installé dans un vallon qui conserva son nom, Traon Meriadec devenu Saint-Jean-du-Doigt, il dompta un énorme loup mangeur d’hommes en le touchant puis décida de se retirer et de fonder un ermitage à Stival (Morbihan), dans les environs du château de Rohan à Pontivy, où il fit jaillir une source et accomplit plusieurs miracles grâce à sa cloche.

Refusant de retourner à la vie séculaire dans sa famille, il aida cependant le vicomte de Rohan à chasser des brigands qui sévissaient dans la région.

Ensuite, une assemblée regroupant des clercs, des princes et des pauvres finit par convaincre saint Mériadec d’accepter le trône épiscopal de Vannes. En 659 il fut sacré par les tous les évêques de Bretagne, en la cathédrale Saint-Samson de Dol.

A sa mort, en 666, il fut inhumé dans la cathédrale de Vannes.

 

 

 

  • Partager sur :

Localisation :


  • Pays de Pontivy
  • Guénin

01-10-2016